« Lasser, Un privé sur le Nil « , de Sylvie Miller et Philippe Ward

Résumé

1935 Le Caire. Jean-philippe Lasser, détective privé de seconde zone, hante le bar de l’hôtel où il a posé ses valises et ses bureaux, en attendant le coup qui rapportera gros. Pour le moment, il ne décroche que des petites affaires, celles que tous ses confrères ont refusées… La dernière en date pourrait bien changer la donne : la déesse Isis en personne vient lui demander de retrouver le très convoité manuscrit de Thot. Or, si l’opportunité peut le rendre plein aux as, elle peut aussi le laisser sur le carreau. Malgré ses réticences, il n’est pas en mesure de refuser dans cette Egypte pharaonique où les dieux marchent parmi les hommes, quand les premiers ordonnent, les seconds obéissent. Délaissant son précieux seize ans d’âge, il se lance dans une succession d’enquêtes rocambolesques qui le verra peut-être devenir le seul, l’unique, détective des dieux !

4 scarabees

Avis de lecture

Voilà longtemps que ce livre me faisait de l’œil ! Enfin, j’ai eu une occasion de le lire, grâce à une masse critique de Babelio qui m’a permis de recevoir le tome suivant : Mariage à l’égyptienne. Forcément, je me suis procurée le premier tome et voilà : un nouveau coup de coeur est né.

Premier ingrédient propice à cet état de fait : le lieu de l’action et la mise en scène des dieux et mythes égyptiens. Je suis férue d’Égypte antique depuis mon plus jeune âge, et ici les auteurs nous embarque dans un monde où les dieux (tous les dieux: grecs, égyptiens, maya, nordiques et que sais-je encore…) vivent parmi les hommes, dictent leurs lois, s’amusent parfois à leur dépend, etc. C’est parfois au dépend de notre cher détective qui en a plus que marre des dieux, car il faut dire qu’il en a pâti, comme cela nous ai raconté. J’ai adoré la manière dont les auteurs utilisent les mythes, notamment le mythe de la résurrection d’Osiris. je ris encore à la pensée de certains passages.

Deuxième ingrédient : un personnage totalement atypique : Jean-Philippe Lasser, détective d’apparence peu sérieux, un héros totalement décalé qui se trouve plongé dans les affaires des dieux malgré lui, car on ne refuse rien aux dieux. Dans ce roman, il résout plusieurs enquêtes, et on note un schéma répétitif : le détective attablé au Sheramon en train de boire son whisky, un dieu arrive pour lui proposer une affaire, l’enquête, sa résolution, et on retrouve notre détective attablé au Sheramon. Chaque partie débute au bar du Sheramon avec un verre de Whisky, et je trouvais cela plutôt amusant. Ce qu’il faut retenir c’est que notre détective aime les choses simples, sa vie au Sheramon et ne se prend pas trop au sérieux, et ce schéma répétitif l’illustre.

Troisième ingrédient :  l’humour, un texte et des dialogues savoureux qui m’a fait rire à plusieurs reprises. J’ai beaucoup ri lors de sa deuxième enquête et troisième enquête, parce que Lasser se trouve obligé de faire équipe avec un chat de Sekhmet : Ouabou, qui lui réserve bien des surprises.

Quatrième ingrédient : une palette de personnages haut en couleur parmi les détracteurs ou les alliés de notre détective, certains ne faisant qu’une apparition, d’autres étant amené à réapparaitre. Par ailleurs on ne peut qu’apprécier Fazimel, une femme pleine de ressources qui seconde Lasser. Le tout donne du peps à l’histoire.

Voici donc un premier tome plus que prometteur et pour l’instant je peux vous dire que le deuxième est tout aussi bon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s