» La mémoire du monde  » de Stephanie Janicot

Résumé

« Née Mérit, l’aimée, sous le règne du pharaon Aménophis III, j’ai été Bérit, l’alliance, pour les Hébreux, Sophia, la sagesse, pour les Grecs et les Romains. Alors que je n’ai plus de nom, que je suis vouée à disparaître, je te livre l’histoire de ma vie. Écoute-moi bien, car ma mémoire est ta pensée. »
C’est à un vertigineux voyage dans le temps que nous convie Stéphanie Janicot avec La Mémoire du monde, une fresque sans équivalent par son ampleur, l’aventure du monde occidental sur plus de trois millénaires.

4 scarabees

Avis de lecture

C’est pour moi le genre de livre qui marque, un livre dans lequel l’auteure a mis beaucoup d’aventures, de réflexions, de pensées (par là je veux dire que la philosophie est un thème majeur dans ce roman, ainsi il regorge de pensées qui ont trouvé un écho en moi), d’histoire et d’Histoire, que j’ai été emportée, subjuguée (et oui carrément) par l’ensemble.

Au départ, Merit est une jeune fille comme les autres, à ceci près qu’elle s’acharne à demeurer muette et qu’elle a toujours eu une liberté d’être et d’agir. Vivant avec son grand-père, elle a été initiée à la pratique de la médecine, un don qui lui servira tout au long de son immortalité. Je vous laisserai découvrir les circonstances de son immortalité, mais si cela se fait dans la douleur pour notre héroïne, c’est pour nous le début d’une grande aventure à ses côtés.

Stéphanie Janicot lui fait traverser 1500 ans d’histoire, d’Amenophis III aux Ptolémée. 1500 ans durant lesquels elle apprend, elle veille, elle protège sa descendance, elle endosse diverses identités, et tant à s’interroger sur le sens de son existence.  Bien entendu pour les besoins de l’histoire de Merit, l’Histoire est certainement quelques peu altérée, mais dans ses grandes lignes, c’est-à-dire les batailles, les invasions, les grands noms de l’Antiquité, et j’en passe, il y a des points fixes auxquels se raccrocher. Cette intrigue est prétexte à réfléchir sur les mythes et leurs fonctions, sur le travail de mémoire (une thématique abordée tout au long du roman, qui amène à parler de l’importance de l’écrit. ), sur le temps qui passe (la recherche d’un but, ou réflexion sur l’absence de but de son immortalité par exemple), ou encore sur la place de la femme (car elle vit à une époque où la femme ne jouit pas d’une grande liberté.  Elle tente de changer les choses, d’insuffler de la force aux femmes qui croisent son chemin, elle leur donne une voix qui sera écouter par les hommes. Merit met aussi par moment sa féminité entre parenthèse pour être plus libre de ses mouvements).

La recherche du savoir, de la connaissance devient un but dans l’existence de Merit, ce qui l’amène à voyager là où la pensée rayonne. J’ai aimé tout ses voyages, mais le plus riche est bien entendu celui qui l’amène à Athènes, lorsqu’elle raconte sa rencontre avec Protagoras, Platon, ou Aristote et bien d’autres philosophes dont la pensée est plus ou moins tombée dans l’oubli. Stéphanie Janicot invente des petites anecdotes sur la vie de ces philosophes, parfois amusantes, et bien pensées, c’est d’autant plus appréciable.

Un dernier mot quant à la forme du roman qui débute et se clôt en Egypte, mais avec des siècles de différence. C’est le témoignage de Merit que nous lisons, un témoignage pas toujours précis, avec des souvenirs qui tendent parfois à se mélanger, mais après tant de siècles d’existence, quoi de plus normal. Par ailleurs, entre chaque chapitre, nous avons un dialogue entre une Merit qui semble souffrante (la fin de son immortalité ???) est une mystérieuse femme. A la fin du livre, nous n’en savons pas plus, mais il y a bien une hypothèse, en tout cas j’espère en apprendre davantage quand la suite sortira. Et oui, deux autres tomes sont à paraitre, j’ai hâte !

Publicités

10 réflexions sur “ » La mémoire du monde  » de Stephanie Janicot

  1. Bonjour,

    Vos centres d’intérêts – en particulier les livres – devrait vous faire apprécier le nouveau forum que je viens de créer : « L’ancre des lecteurs » (http://lire-lecture-livre.forum-box.com), dédié à la liberté d’expression et au plaisir de lire.
    Il accueillera vos ressentis, émotions ou commentaires de lectrice en vous permettant d’échanger et de discuter sur la littérature. Vous pourrez également y écrire sur d’autres arts et participer à son élaboration puis à son évolution.
    A bientôt j’espère.

    Cordialement,

  2. je viens de lire la critique du tome 1 et j’avoue que cela m’intéresse beaucoup. l’auteure revisite l’Histoire à la manière d’Ahasvérus le juif errant (version Jean d’Ormesson car je n’ai pas encore lu le roman d’Eugène Sue hélas) sous la forme d’un personnage féminin si je résume?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s