« La caverne des idées  » de José Carlos Somoza

Résumé

Un éphèbe est retrouvé mort dans les rues d’Athènes. Son ancien mentor à l’Académie sollicite les services d’un fin limier : Héraclès Pontor, le Déchiffreur d’Enigmes. Le philosophe platonicien et cet Hercule Poirot à l’antique s’emploient avec passion à trouver la Vérité et, accessoirement, le coupable. Car la joute philosophique se superpose à l’investigation policière, tandis que les crimes s’enchaînent.
L’histoire de ces crimes est aussi l’histoire d’un manuscrit qu’un traducteur retranscrit sous nos yeux, l’annotant inlassablement en pensant l’éclairer, ignorant que son destin de personnage est d’établir la revanche de la littérature sur la philosophie, de démontrer que seule la fiction contient toutes les vérités du monde.

4 scarabees

Avis de lecture

Ce roman m’a été conseillé par une libraire sur le stand Actes Sud au salon du livre il y a 2 ans et je me demande pourquoi j’ai attendu autant de temps pour le lire.

En fait l’histoire d’Héraclès Pontor qui constitue la matière principale de ce roman est une fiction qu’un traducteur annote au fil de son travail pour nous, lecteurs. Au départ les notes sont rares, si bien que l’on se laisse vite emporter par l’enquête que mène Héraclès suite à la mort d’un jeune éphèbe. Mais voilà que plus on avance dans la lecture, plus le traducteur intervient et plus les notes sont importantes (voire imposantes), plus la frontière entre la fiction et la réalité du traducteur semble mince, très très mince parfois… De quoi aiguiser la curiosité du lecteur ! J’ai été frappée par la complexité, l’habileté avec laquelle l’auteur entremêle son récit autour des notes en bas de pages. Qui ne les a jamais négligées ? Ici c’est hors de question. Je me suis laissé prendre au jeu du traducteur qui voit dans ce texte des éidesis, des messages codés, en essayant à mon tour de le devancer… en vain… La lecture des notes s’avère donc aussi passionnante que l’enquête d’Héraclès. Au sein de ces notes, on peut y lire des analyses du traducteur ou encore la retranscription de ses conversations autour de sa traduction, etc…

La thématique philosophique m’a beaucoup intéressée. Le mythe de la Caverne de Platon est redéfini, le concept des Idées largement développé. Il est d’ailleurs intéressant de noter que notre duo d’enquêteur est constitué d’un philosophe platonicien et d’Héraclès, un déchiffreur d’énigme ne se fiant qu’à sa raison et à ses déductions. Autant dire qu’entre les deux hommes, des divergences d’opinions vont éclore. La rencontre avec Platon et d’autres philosophes est aussi prétexte à débattre par exemple de la littérature et du livre, mais cette phrase que je reprends du résumé parlera mieux que moi : le traducteur ignore  » que son destin de personnage est d’établir la revanche de la littérature sur la philosophie, de démontrer que seule la fiction contient toutes les vérités du monde ».

En tout cas, la Vérité n’est pas aussi évidente dans cette enquête. Pour finir, ce roman m’a fait forte impression. Je n’ai jamais rien lu de semblable (je parle de la structure du roman) auparavant. Bref, il vaut vraiment le détour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s