« La femme au carnet rouge », d’Antoine Laurain

femme au carnetRésumé

Un soir à Paris, une jeune femme se fait voler son sac à main. Laurent le découvre le lendemain, abandonné dans la rue, tout près de sa librairie. S’il ne contient plus de papiers d’identité, il recèle encore une foule d’objets qui livrent autant d’indices sur leur propriétaire : photos, notes, flacon de parfum? Désireux de la retrouver, l’homme s’improvise détective. À mesure qu’il déchiffre le carnet rouge contenant les pensées secrètes de Laure, le jeu de piste se mue en une quête amoureuse qui va bouleverser leurs vies. Orchestrant avec humour coïncidences et retournements de situation, Antoine Laurain signe une délicieuse comédie romantique qui rend hommage au besoin de merveilleux sommeillant en chacun de nous.
Notation sur 5
Intrigue cinq scarabees
Personnages 4 scarabeeset demi
Écriture cinq scarabees
logo coup de coeur

Avis de lecture

J’ai découvert cet auteur avec Le chapeau de Mitterrand, ce livre était un régal tant par la fluidité de l’écriture que par l’enchainement de ces micro-histoires toute liées par ce chapeau. Lorsque je suis allée au salon du livre de Paris, j’en ai profité pour me procurer son nouveau roman, me le faire dédicacer. Et donc verdict, Antoine Laurain m’a une nouvelle fois embarquée par la douceur de son écriture et une histoire pleines de mystères et de rebondissements.
Dès lors que Laurent trouve ce sac et décide finalement de mener sa petite enquête pour retrouver son propriétaire, on devine que cela va bouleverser sa vie et en premier lieu sa relation avec Dominique. Il faut dire qu’il est maladroit, qu’il ment sans penser à mal, ou qu’il ne dit rien (et dans ce cas qui ne dit mot consent) et le voilà donc embarquer dans des situations où ils se sent un peu mal à l’aise, sans oser dévoiler la vérité. En tout cas, peu à peu, il se rapproche de son objectif, peu à peu le personnage de Laure se dessine, pour finir par la retrouver la propriétaire du sac, mais le lui rendre s’avère plus compliqué…
J’ai aussi apprécié quelques personnages secondaires, qui servent parfois à mettre le doigt sur un sujet ou phénomène de société, tels Pascal, un ami qui dirige sa vie sexuelle comme une entreprise à travers des sites de rencontres, ou encore l’évocation d’une certaine émission de télé-réalité où « des citadines venaient à la rencontre de paysans », ce passage-là m’a beaucoup fait sourire ! Parmi les personnages qui m’ont plu je veux évoquer sa fille Chloé, ado exigeante et un brin manipulatrice. Il y a aussi l’écrivain Frédéric Pichier, qui sous couvert de pseudonymes sur Fnac.com ou Amazon.com par exemple, s’envoyait des fleurs et saluait le talent immense de Frédéric Pichier (p. 113-114). Ces passages sont des petites pauses dans l’enquête de Laurent. Je n’ai pas pu m’empêcher de repenser à la mention de Marc Levy p113 lorsqu’on apprend que Laure est dans le coma et ça m’a fait sourire (je me suis demandé si c’était un petit clin d’œil de l’auteur, mais parfois on voit des choses où il n’y a rien, d’autant que entre l’intrigue du livre de Marc Levy et ce roman il n’y a pas de lien à faire, enfin hormis ce coma de l’héroïne.).
Pour finir, ce roman est un régal, comme fut Le chapeau de Mitterrand, c’est l’histoire d’une rencontre, un livre dont on savoure les petits détails (comme lorsque Laurent parle de la façon dont il organise sa bibliothèque, des petits détails de bibliophile bienvenus et rigolos), c’est aussi un livre qui est consacré à la littérature, à Modiano, et ce jusqu’à l’avant-dernière ligne. Un roman à découvrir, c’est sûr !
Publicités

2 réflexions au sujet de « « La femme au carnet rouge », d’Antoine Laurain »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s