« Une dernière danse  » , de Victoria Hislop

Une-derniere-danse_5599Résumé

Derrière les tours majestueuses de l’Alhambra, les ruelles de Grenade résonnent de musique et de secrets. Venue de Londres pour prendre des cours de danse, Sonia ignore tout du passé de la ville quand elle arrive. Mais une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique histoire de la cité de Garcia Lorca et de la famille qui tenait les lieux.Soixante-dix ans plus tôt, le café abrite les Ramirez : trois frères qui n’ont rien d’autre en commun que leur amour pour leur soeur, Mercedes. Passionnée de danse, la jeune fille tombe bientôt sous le charme d’un gitan guitariste hors pair. Mais tandis que l’Espagne sombre dans la guerre civile, chacun doit choisir un camp. Et la fratrie va se déchirer entre résistance, soumission au pouvoir montant, ou fuite.
Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d’imaginer à quel point cette histoire va bouleverser sa propre existence…
Notation sur 5
Intrigue 3 scarabees
Personnages3 scarabeeset demi
Écriture 2 scarabeeset demi

Avis de lecture

Tout d’abord je remercie Anne et Arnaud et les éditions Escales pour ce partenariat. J’ai eu une très mauvaise expérience avec son précédent livre Le fil des souvenirs, si bien que j’appréhendais cette lecture.
Je vais commencer par le début. Le lecteur fait connaissance avec Sonia, sa meilleure amie (une personne chaleureuse, mais frivole),  et son mari, un homme très froid et antipathique  intrigue inégale. Les deux femmes suivent des cours de danse et saisissent l’occasion de partir à Grenade pour danser. Sonia va faire la rencontre d’un homme qui tient un café et qui accepte de répondre à ses questions sur Grenade et son histoire. Pour ma part, j’ai trouvé que le roman mettait du temps à démarrer, qu’il y avait de trop longues descriptions de danse et cela m’a un peu ennuyée. Arrivée à une centaine de pages, on entre enfin dans le vif du sujet et dans l’histoire de Grenade à travers la famille Ramirez.
Si ce n’est le côté un peu caricatural de certains personnages et l’usage de clichés (les espagnols ont le sang chaud, s’enflamment facilement, etc) façonnant la personnalité de quelques personnages masculins, qui m’a frappée, au fil des pages je me suis laissée aller à suivre cette famille qui se déchire pour plusieurs raisons. J’ai également apprécié comment a été traité le vécu de la montée du fascisme, on ressent les différents points de vue au sein de la famille. La famille Ramirez va connaitre de nombreux bouleversements au cours de la guerre civile. La mère apparait comme un pilier, elle garde le café de la famille coûte que coûte, tandis qu’elle laisse partir les enfants qu’il lui reste. C’est notamment à travers les yeux de sa fille Mercedes que l’on voit la désolation dans laquelle est plongé le peuple espagnol qui fuit la guerre. Quant à son frère Antonio, c’est la vision du résistant au régime, qui finalement s’interroge sur ce qui semble être une boucherie pour son camp. Après on se doute bien vite en quoi ce récit va bouleverser la vie de Sonia, mais par contre il y a un point que je n’ai pas vu venir et qui m’a agréablement surpris.
Globalement ce livre se lit plutôt bien, même si je l’ai trouvé d’inégale qualité, ce qui peut gêner la lecture. J’ai en effet trouvé que le début est lent, et le récit du vieil homme ne m’a pas happé tout du long. Je me suis tout de même attaché eux membres de cette famille. L’auteure a bien mêlé la grande et la petite histoire et  j’ai apprécié de lire un livre sur le montée du régime franquiste, dont je ne savais pas grand chose.
Publicités

2 réflexions au sujet de « « Une dernière danse  » , de Victoria Hislop »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s