« Interférences », de Yoss

DSC03369Résumé

Deux voisins bien différents : un grand pays, un petit pays. L’un est démocratique et développé. L’autre est gouverné par un Dictateur affable…

Trois événements incongrus viennent bousculer les relations déjà tendues de ces deux voisins-ennemis : une curieuse interférence perturbant les émissions télévisées, un rayon étrange aux effets inattendus, et des cheminées s’élevant rageusement vers les cieux.

Le propos, jamais ouvertement politique, dessine un portrait au vitriol de la société cubaine. C’est truculent, hilarant, divertissant. Entre ce petit pays et son grand voisin, tout est prétexte à des interférences !

Notation sur 5

Intrigue 4 scarabees

Personnages 3 scarabeeset demi

Ecriture 4 scarabees

Avis de lecture

J’ai retrouvé Yoss avec plaisir. Yoss est connu pour évoquer dans ces récits le régime cubain ou encore les relations entre les Etats-Unis et Cuba. Ici, cela est clair par l’évocation du petit et du grand pays.

J’ai découvert cet auteur il y a quelques années avec Planète à louer qui est tout simplement génial. Dans ce dernier justement, s’il est qualifié de roman, on peut toutefois considérer qu’il se compose de diverses nouvelles toutes connectées les unes aux autres. Dans Interférences, ce qui les unit c’est l’univers crée par l’auteur, ce Grand et ce Petit pays que tout oppose.

Dans le 1er volet de ce livre nommé Interférences, raconte l’histoire de Mr Pérez qui après avoir appliquer la méthode cinétique pour réparer son antenne, capte des émissions provenant du futur. Et lorsque le Petit pays découvre cela, et s’en sert, ce n’est pas sans provoquer de grands bouleversement et des tensions avec le Grand pays. A noter que contrairement aux nouvelles suivantes où les personnages défilent, la famille Pérez a un rôle plus important et marque les esprits.

La 2e qui se nomment Les pièces m’a un peu moins plu. Du jour au lendemain, des personnes commencent à se transformer en pièces, de tous types sans faire de différences. Une histoire totalement décalée, dans laquelle l’auteur décortique les réactions face au phénomène : croyance en l’apocalypse, étude scientifique sur les sujets, invasion extraterrestre.

Dans la dernière Les cheminées, le Petit et le Grand pays se livre à une course pour montrer leur suprématie : construire la plus haute cheminée. Un dénouement tout de même terrifiant pour cette nouvelle.

J’ai apprécié le style original de Yoss, composé par exemple de répétitions, d’énumérations construites avec efficacité et confèrant au texte un certain rythme. A noter aussi que son récit n’est pas dénué d’humour et d’ironie en ce qui concerne les deux nations, les deux régimes mis en scène ici, c’est plaisant à lire. L’éditeur nous gâte, car à la suite il y a une interview de Yoss par Sylvie Miller, une biographie et 2 autres nouvelles qui sont très bonnes elles aussi. Yoss est assurément un auteur talentueux à découvrir.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s