« Les visages de Victoria Bergman, Catharsis », d’Erik Axl Sund

DSC03489Résumé

Une voiture est dévorée par les flammes au sommet de Tantoberget. À l’intérieur, on retrouve les corps calcinés de deux femmes. Il s’agit des principales suspectes de la série de meurtres ayant touché d’anciennes élèves de l’internat de Sigtuna – l’école où Victoria Bergman a passé une partie de sa scolarité. Chez l’une d’entre elles, la police découvre des polaroïds documentant les meurtres alignés devant un gros bouquet de tulipes jaunes.La commissaire Jeanette Kihlberg comprend bientôt que, sous les dehors de l’aveu et du suicide collectif, la folie meurtrière est toujours à l’œuvre.
Pendant ce temps, Sofia Zetterlund poursuit ses séances d’autothérapie pour essayer de comprendre enfin qui elle est vraiment. Mais Victoria Bergman ne se laisse plus dompter et menace de prendre définitivement le dessus. Quant à Madeleine, elle songe à sa prochaine victime. L’heure est venue pour elle de faire payer celle qui fut jadis sa mère…
Brutal, imprévisible, porté par une écriture térébrante, Catharsis révèle l’âme sombre et violente d’une œuvre hors norme.

Notation sur 5

Intrigue 4 scarabees

Personnages 4 scarabees

Écriture cinq scarabees

Avis de lecture

Avant tout, pour rappel, voici les liens vers les tomes précédents : Persona, Trauma

Pour ma part, le tome 2 était bien meilleur que son précédent, pas d’accroc, un rythme qui ne se perd pas, une intrigue toujours aussi prenante. Dans Catharsis, les auteurs réalisent encore une belle performance. Le seul hic est qu’il s’est passé du temps et certains détails du précédent m’avaient un peu échappé et c’est en lisant que je me disais : « ah oui c’est vrai, dans le 2e tome… » Mais bon je l’avais dès sa sortie, j’aurais pu le lire plus tôt…

Bon, je reviens à l’objet de cet article. Ce que j’ai aimé dans ce tome, mais cela s’applique  à la série en général, c’est qu’un personnage qui peut apparaitre mineur au début, devient majeur ensuite. C’est le cas, par exemple, de Viggo Dürer, un personnage qui se dévoile dans le 3e tome. J’ai été totalement scotché par les diverses révélations. Les auteurs n’ont rien laissé au hasard et ont assemblé toutes les pièces du puzzle, résolu toutes les questions que posait le roman pour un résultat marquant et juste. Il y a juste un détail sur lequel je voudrais revenir. Dans le tome 2, Jeanette Kilhberg apprend qu’il existe deux Sofia Zetterlund, toutes 2 psychologues, un détail qui pour moi allait mettre en péril Sofia mais finalement les auteurs ont abordé le point assez tard dans ce livre et l’ont résolu sans la tension à laquelle je m’attendais. Je m’attendais à ce que cela est des répercussions plus importantes.

Je suis satisfaite de la manière dont se clôt la série. Les personnages se vengent, pansent leurs plaies (à leur manière) pour surmonter le trauma, veulent vivre ou survivre, car pour beaucoup il s’agit de cela : survivre à l’horreur subie. C’est une question qui revient beaucoup, et que se pose Victoria mais aussi bien d’autres personnages. Un happy end n’aurait donc pas collé avec le tout.

Voici une trilogie qui pourrait vous faire frissonner tout l’été, maintenant qu’ils sont tous sortis, vous ne souffrirez pas des pauses entre chaque tome qui, il faut l’avouer, peuvent être gênantes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s