Première sélection du prix Médicis, Femina et Jean Giono

Je fais suite au précédent article consacré à la première sélection du prix Goncourt, Renaudot et Flore en vous montrant ici celle du Prix Médicis français et étranger, du prix Femina français et étranger.

Le prix Médicis, romans français

– Aurélien Bellanger, L’aménagement du territoire
– Véronique Bizot, Ame qui vive
– Pierre Demarty, En face
– Claudie Hunzinger, La langue des oiseaux
– Jean-Hubert Gailliot, Le soleil
– Hedwige Jeanmart, Blanès
– Nathalie Kuperman, La loi sauvage
– Frank Maubert, Visible la nuit
– Laurent Mauvignier, Autour du monde
– Christine Montalbetti, Plus rien que les vagues et le vent
– Eric Reinhardt, L’amour et les forêts
– Antoine Volodine, Terminus radieux
– Valérie Zenatti, Jacob, Jacob

On retrouve une troisième fois Eric Reinhardt. De même, Aurélien Bellanger et Laurent Mauvignier figurent dans une autre liste.

Romans étrangers

– Margaret Atwood, MaddAddam, traduit de l’anglais (Canada) par Patrick Dusoulier.
– Lily Brett, Lola Bensky, traduit de l’anglais (Australie) par Bernard Cohen.
– Sonali Deraniyagala, Wave, traduit de l’anglais (GB) par Camille de Peretti.
Mohsin Hamid, Comment s’en mettre plein les poches en Asie mutante, traduit de l’anglais (Pakistan) par Bernard Cohen.
– Vladimir Lortchenkov, Des 1001 façons de quitter la Moldavie, traduit du russe par Raphaëlle Pache.
– Ursula Krechel, Terminus Allemagne, traduit de l’allemand par Barbara Fontaine.
– Anthony Marra, Une constellation de phénomènes vitaux, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Dominique Defert.
– Antonio Moresco, La petite lumière, traduit de l’italien par Laurent Lombard.
– Maxime Ossipov, Histoires d’un médecin russe, traduit du russe par Éléna Rolland.
– Leonardo Padura, Hérétiques, traduit de l’espagnol (Cuba) par Elena Zayas.
– Peter Stamm, Tous les jours sont des nuits, traduit de l’allemand par Pierre Deshusses.
– James Salter, Et rien d’autre, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Marc Amfreville.
– Zeruya Shalev, Ce qui reste de nos vies, traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz.
– Juan Gabriel Vasquez, Les réputations, traduit de l’espagnol (Colombie) par Isabelle Gugnon.
– Evie Wyld, Tous les oiseaux du ciel, traduit de l’anglais (Australie) par Mireille Vignol.

Rendez-vous le 9 octobre pour la 2e sélection et le 4 novembre pour l’attribution des prix.

Le prix Femina, romans français

Yves Bichet, L’homme qui marche
Gérard de Cortanze, L’an prochain à Grenade
Julia Deck, Le triangle d’hiver
Isabelle Desesquelles, Les hommes meurent, les femmes vieillissent
Claudie Hunzinger, La langue des oiseaux
Fabienne Jacob, Mon âge
Marie-Hélène Lafon, Joseph
Yanick Lahens, Bain de lune
Luc Lang, L’autoroute
Laurent Mauvignier, Autour du monde
Antoine Volodine, Terminus radieux
Eric Vuillard, Tristesse de la terre
Valérie Zenatti, Jacob, Jacob

Valérie Zenatti et Claudie Hunzinger sont donc sélectionnées pour le Médicis et le Femina, on retrouve encore Laurent Mauvignier. Marie-Hélène Lafon est aussi dans la course pour le Renaudot.

Romans étrangers

John Banville, La lumière des étoiles mortes
Sebastian Barry, L’homme provisoire
Lily Brett, Lola Benski
Jennifer Clement, Prière pour celles qui furent volées
Charles Frazier, A l’orée de la nuit
Drago Jancar, Cette nuit je l’ai vue
Nell Leyshon, La couleur du lait
Claire Messud, La femme d’en haut
Philipp Meyer, Le fils
Leonardo Padura, Hérétiques
James Salter, Et rien d’autre
Taiye Selasi, Le ravissement des innocents
Zeruya Shalev, Ce qui reste de nos vies
Juan Gabriel Vasquez, Les réputations

On note 5 livres en commun dans la sélection du Médicis et du Femina étranger. James Salter fait beaucoup parlé de lui, j’ai aussi entendu du bien de Philipp Meyer, Le fils.

Prochain rendez-vous le 9 octobre.

Pour finir la sélection du prix Jean Giono :

Constellation, Adrien Bosc
Ce sont des choses qui arrivent, Pauline Dreyfus
Le jeune homme qui voulait ralentir la vie, Max Genève
L’écrivain national, Serge Joncour
Les tribulations du dernier Sijilmassi, Fouad Laroui
Karpathia, Mathias Menegoz
L’amour et les forêts, Eric Reinhardt
Le météorologue, Olivier Rolin
Fleur et sang, François Vallejo

Le prix sera proclamé le 16 octobre.

A noter aussi, qu’Adrien Bosc a reçu il y a quelques jours le prix de la Vocation pour son roman Constellation. Il est actuellement dans la liste de 4 autres prix.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s