« J’ai toujours aimé ma femme », de Gilles Bornais

j-ai-toujours-aime-ma-femmeRésumé

Un simple message laissé sur la table de cuisine. « Je ne rentrerai pas ». Pour Jean-Baptiste, c’est insensé. Injuste. Mylène ne peut pas avoir mis fin à plus de vingt ans d’un amour sans nuages aussi brutalement, sans explication. Détective improvisé, le voilà qui traîne de Paris à Honfleur partout où Mylène aimait aller, paye à boire à ses collègues, lit ses e-mails, examine ses comptes bancaires. Mais même après de si longues années de vie commune, nul ne plonge impunément dans l’intimité d’autrui. Et il se pourrait que ces investigations en révèlent bien plus sur Jean-Baptiste que sur sa femme… Celles et ceux qui veulent percer le mystère des contradictions masculines, entre grandes déclarations et petites lâchetés, auront à apprendre de cette saisissante autopsie d’un couple ordinaire.

Notation sur 5

Intrigue cinq scarabees

Personnages 4 scarabees

Écriture cinq scarabees

logo coup de coeur

Avis de lecture

Jean-Baptiste et Mylène forment depuis 24 ans un couple toujours aussi aimant, enfin c’est ce qui apparait du point de vue du mari. Lorsqu’il découvre le mot, il est envahi par un tas de sentiment : l’incompréhension, le sentiment d’abandon, etc… On sent à quel point Jean-Baptiste aime sa femme et l’auteur nous fait aisément ressentir l’incompréhension de son personnage. Le début du livre est donc destiné à nous présenter ce couple, à nous montrer l’immense amour que Jean -Baptiste ressent pour Mylène, un amour qui semble inaltérable et doux. Un amour de conte de fée au masculin, mais voilà que son conte de fée vire au cauchemar.

Il n’a qu’un objectif : la retrouver. Il erre dans Paris, va dans les endroits qu’elle fréquente, interroge ses collègues, etc. Il va notamment rencontrer des femmes qui sont désillusionnés par l’amour, qui ont souffert à cause des hommes. Si bien qu’à leurs yeux, il ne doit pas être aussi blanc que cela.

On suit avec attention ses recherches et lorsque finalement Mylène se manifeste par l’intermédiaire de ses enfants, tout éclate. Il y a un brusque revirement dans le récit et comme il est dit en 4e de couv : ces investigations en révèlent bien plus sur Jean-Baptiste que sur sa femme…

J’ai tout de suite accroché, j’ai apprécié l’écriture de Gilles Bornais et le brin de poésie, propre à exprimer l’amour de Jean-Baptiste pour Mylène. A la fin, c’est les agissements de Jean-Baptiste qui sont passés au crible et cela donne lieu à des phrases savoureuses, qui feront peut-être bondir certaines femmes. Finalement, l’empathie ressenti pour Jean-Baptiste au début du roman s’est transformée, il fait naitre des sentiments contradictoires et la chute du livre, tout bonnement juste, confortent  cette impression. Voici un autre coup de coeur pour cette rentrée littéraire 2014.

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « « J’ai toujours aimé ma femme », de Gilles Bornais »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s