» L’écrivain national « , de Serge Joncour

DSC04117Résumé

Le jour où il arrive en résidence d’écriture dans une petite ville du centre de la France, Serge découvre dans la gazette locale qu’un certain Commodore, vieux maraîcher à la retraite que tous disent richissime, a disparu sans laisser de traces. On soupçonne deux jeunes « néoruraux », Aurélik et Dora, de l’avoir tué. Mais dans ce fait divers, ce qui fascine le plus l’écrivain, c’est une photo: celle de Dora dans le journal. Dès lors, sous le regard de plus en plus suspicieux des habitants de la ville, cet « écrivain national », comme l’appelle malicieusement monsieur le Maire, va enquêter à sa manière, celle d’un auteur qui recueille les confidences et échafaude des romans, dans l’espoir de se rapprocher de la magnétique Dora.
Dans une atmosphère très chabrolienne, Serge Joncour déroule une histoire à haute tension: les quelques semaines de tranquillité que promettait ce séjour d’écriture se muent, lentement mais sûrement, en une inquiétante plongée dans nos peurs contemporaines.

Notation sur 5

Intrigue 3 scarabees

Personnages 4 scarabees

Ecriture 3 scarabeeset demi

Avis de lecture

Dans ce roman, on trouve du suspens, une histoire d’amour naissante, de l’autofiction, bref il y a un petit mélange assez sympathique.

L’intrigue : Serge est écrivain et se voit invité dans une résidence d’auteur à Donzières. Dans l’attente du libraire censé l’accueillir, il feuillette un journal et tombe sur un récent fait divers local. Une disparition, deux suspects, parmi ces deux suspect la photo de Dora retient son attention. Dès lors, notre écrivain se sent comme aimanté par cette jeune femme, qui semble à travers une simple photo lui demander de l’aide. Dès lors, il fait preuve d’une grande curiosité, peut-être trop grande pour ce fait divers…

En ville , notre écrivain est chaleureusement accueilli par le couple de libraires et leur stagiaire enthousiaste, par l’ensemble des habitants qui le sollicitent, l’invite à revenir les voir pour qu’il leur raconte un peu de leur histoire. Il y a cette phrase p41 que j’aime bien et qui parle de cela :  » Se présenter aux autres en tant qu’écrivain, c’est prendre le risque d’être perçu comme un réceptacle, soudain chacun se valorise de l’universelle conviction d’avoir quelque chose à raconter « . Mais voilà, notre écrivain dit national, par son obsession pour le fait divers, par ses longues absences et ses retards, va peu à peu susciter la suspicion. Il semble ailleurs, et cette affaire occupe toutes ses pensées, Dora le fascine. Plus on avance dans le livre, plus on sent ce changement d’atmosphère et une tension s’installe. Mais je dois dire qu’au cours de ma lecture, si j’ai aimé la façon dont il fait évoluer la relation entre Serge et les autres, les situations dans lesquelles il se trouvent, les passages autour de Dora reste le point qui m’a le moins plu, je dois le dire.

Ce roman n’a pas que pour objet ce fait divers, il parle aussi de la figure de l’écrivain, de l’écrivain invité à des rencontres, des signatures, dirigeant aussi des ateliers d’écriture. Je me rappelle aussi de passages savoureux, que je trouve drôle quand je me les remémore, justement pour ses situations dans lesquelles Serge se met. De ce livre, ce sont surtout ces passages que je garde en mémoire, ça et une fin qui m’a totalement surprise, que j’ai trouvé vraiment parfaite.

Publicités

2 réflexions au sujet de «  » L’écrivain national « , de Serge Joncour »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s