« Les derniers jours du paradis », de Robert Charles Wilson

dernier jourRésumé

Alors que l’Amérique se prépare à fêter les cents ans de l’Armistice de 1914, un siècle de paix mondiale, d’avancées sociales et de prospérité, Cassie n’arrive pas à dormir. Au milieu de la nuit, elle se lève et va regarder par la fenêtre. Elle remarque alors dans la rue un homme étrange qui l’observe longtemps, traverse la chaussée… et se fait écraser par un chauffard. L’état du cadavre confirme ses craintes : la victime n’est pas un homme mais un simulacre de l’Hypercolonie, sans doute venu pour les tuer, son petit frère et elle. Encore traumatisée par l’assassinat de ses parents, victimes sept ans plus tôt des simulacres, Cassie n’a pas d’autres solution que de fuir. L’Hypercolonie est repartie en guerre contre tous ceux qui savent que la Terre en 2014 est un paradis truqué.

Notation sur 5

Intrigue 4 scarabees

Personnages 4 scarabeeset demi

Écriture4 scarabees

Avis de lecture

Ce qui m’a attiré dans ce livre c’est l’idée d’une entité extraterrestre qui œuvre sur la planète Terre. Là c’est subtil, elle n’est pas directement présente sur Terre, elle envoie des simulacres pour exécuter ses tâches, elle œuvre à travers les télécommunications, etc. C’est une idée intéressante et au début difficile à intégrer, mais je me suis laissée aller dans l’univers que crée Robert Charles Wilson.

Il y a un petit côté thriller dans ce roman de SF. Une traque, un road-trip, une bonne dose de paranoïa, j’ai vraiment aimé ça. Pour le côté haletant, j’irai doucement quand même, mais ce n’est pas forcément un défaut ici. On suit deux groupes de personnes, un chapitre sur deux, ce qui permet à l’auteur de jouer avec nous, de finir ces chapitres en suspens. Le deuxième cherche le premier, le deuxième a des informations qui pourraient aider le premier, si tant est qu’elles soient fiables, car le doute est entretenu. Par ailleurs, au fil de leur course, de leurs rencontres qui donnent parfois lieu à un récit, ils se remémorent des éléments qui nous permettent de mieux comprendre par exemple ce qu’est la Society et son rôle, bref de donner de l’épaisseur à la trame et aux personnages. D’ailleurs, les personnages, ils nous réservent bien des surprises, j’en suis encore stupéfaite.

Voici donc un livre qui posent subtilement quelques questions, je me suis même appropriée, d’une certaine manière, l’hésitation des personnages lorsqu’il s’agit de la lutte contre l’hypercolonie et de ses conséquences pour le monde en général, et la fin nous en livre le résultat…

Dans un autre style d’écriture, mais toujours avec l’idée d’une intervention extraterrestre sur Terre, vous aimerez sûrement Planète à louer, de Yoss.

Parution : juin 2014

Titre original : Burning paradise

Publicités

3 réflexions au sujet de « « Les derniers jours du paradis », de Robert Charles Wilson »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s