« Ma vie de pingouin », de Katarina Mazetti

DSC04237Résumé

Vous rêvez d’une croisière de l’extrême ? Alors, c’est parti pour l’Antarctique !
Sur le navire, une globe-trotteuse septuagénaire répertorie les similitudes entre humains et animaux. Et elles ne manquent pas, grâce à une brochette de voyageurs bigarrés venus se frotter aux épaulards tueurs, albatros, pétrels et autres éléphants de mer.
En route pour le bout du monde, Tomas file vers son objectif ultime, en finir avec les tracasseries de la vie, seul sur la glace.
C’est compter sans les quelque quatre cent mille manchots royaux qui peuplent les lieux, et sans Wilma dont la bonne humeur inébranlable laisse croire que tout lui sourit.
Quoi de mieux pour réchauffer les coeurs en perdition qu’un iceberg, pour peu qu’il se retourne, révélant le pingouin qui sommeille en chacun ?

Notation sur 5

Intrigue4 scarabees

Personnages4 scarabees

Écriture4 scarabees

Avis de lecture

Après le fameux Mec de la tombe d’à côté et sa suite Le caveau de famille, Katarina Mazetti a écrit deux livres, mais c’est avec Ma vie de pingouin que je renoue avec l’auteure. Une couverture très jolie, une bonne 4e de couv, un bandeau qui annonce « une comédie pétillante et stimulante », c’était tentant alors je me suis lancée !

Mon impression au commencement

C’est avec Wilma que le roman démarre, et d’entrée je sais que je vais aimer ce personnage qui partage avec nous ses pensées, ses souvenirs et elle a cette maladresse qui fait sourire. C’est à Tomas ensuite de prendre la parole et on visualise très bien son air bourru derrière la manière directe dont il s’exprime. En cinquante pages, on rencontre 2 fois chaque personnages principales. J’ai bien aimé ce début, le fait que chaque voix ait son propre ton, leurs observations, etc.

Ce que j’ai pensé de la trame

Dans une courte préface, l’auteure nous laisse le choix d’une lecture linéaire ou transversale, elle nous invite même à zapper les passages en italique sans culpabiliser ! Pour ma part, j’ai lu dans l’ordre et sans rien omettre. Les passages en italiques mettent en scène d’autres passagers de la croisière. J’aime bien ce type de romans où les regards croisés apportent certains éclairages.

Sauf exception, on effectue un cycle Wilma-Tomas-Alba. Chaque chapitre écrit à la 1ère personne, avec un ton bien à eux. L’auteure s’amuse parfois à distiller un peu de mystère en passant d’un personnage l’autre. Par exemple c’est le cas autour de la situation de Wilma. On ne se lasse pas d’eux, des petites anecdotes sur la croisière, les passagers. Là, l’humour est présent et aussi durant les petites comparaisons d’Alba dans son carnet La ruine des espèce.

Un dernier point sur le décor, l’Antarctique et les descriptions que nous fait l’auteure que j’ai trouvé très bien, intéressante. Cela donne lieu à des scènes rigolotes parfois. Après entre les diverses espèces de pingouins, de manchots, j’ai appris l’existence du léopard des mer par exemple.

Les personnages

Wilma, Tomas et Alba ont entrepris ce voyage pour diverses raisons et ce n’est pas l’amour de l’Antarctique. On sait vite que Wilma cache un secret, ou encore que Tomas souffre et que ce voyage il l’a envisagé pour une raison précise. Leur situation n’est pas rose au départ, mais c’était sans compter sur cette collision avec Wilma qui semble débordante d’optimisme et de bonne humeur. A partir de là, cette croisière ne va pas se dérouler comme chacun l’avait prévu. Alba, la troisième voix de ce roman, se distingue des autres. Sa parole n’est pas auto-centrée, elle apporte un vrai regard sur la croisière et les autres passagers qui forment une galerie de personnages amusante. Alba se rapproche de Tomas et Wilma et constitue une oreille pour Wilma notamment.

Conclusion

Ce roman ne détrône pas Le mec de la tombe d’à coté, mais l’auteure renoue avec. La situation de départ de certains personnages est proche du drame, mais traité avec humour, on les découvre en même temps qu’ils se découvrent les uns les autres. Bref, un roman agréable, que dire de plus.

 

Parution : mars 2015

Titre original : Mitt liv som pingvin

Advertisements

4 réflexions sur “« Ma vie de pingouin », de Katarina Mazetti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s