« La tyrannie des apparences », de Valérie Clo

tyrannie apprencesRésumé

Pour ses dix-huit ans, Thalia reçoit de ses parents le plus beau des cadeaux : ses premières injections pour vieillir prématurément sa peau. Elle sait qu’être jeune est la pire des conditions. Elle a beau teindre ses longs cheveux en gris, elle reste laide. Le monde a bien changé. La jeunesse est devenue maudite et chaotique. Désormais, la vraie vie commence à cinquante ans et le pouvoir est aux mains des anciens. Le père de Thalia, vieillard tout puissant, pense à l’avenir de sa fille et décide qu’il est grand temps de la marier à un homme d’âge mûr. En effet, rien n’est plus choquant et socialement déplacé que de s’unir entre jeunes… Thalia faillira-t-elle à l’ambition de son père ?

Notation sur 5

Intrigue cinq scarabees

Personnages cinq scarabees

Écriture cinq scarabees

logo coup de coeur

Avis de lecture

Tout d’abord, je remercie les éditions Buchet Chastel et Babelio, pour m’avoir envoyé un formidable roman. Je n’aurais pas voulu passer à côté. Valérie Clo signe un roman d’anticipation efficace dans lequel elle prend le contre-pied de notre société actuelle, ouvrant une réflexion sur la société et ses dérives, les diktat de la mode, la tendance au jeunisme par exemple, le tout en restant divertissant.

Mon impression au commencement

C’est un petit roman et l’auteure a adopté un style précis bannissant toutes descriptions et dialogues inutiles, si bien que 5 pages suffisent pour nous fournir tout un tas d’informations sur Thalia, ses parents, la société en place, etc. Pour vous en dire un peu plus, disons que Thalia, la narratrice, a bientôt 18 ans. Elle est impatiente d’accueillir ses premières rides et nous fournit de belles descriptions de ses parents : « sa peau est plissée avec harmonie et délicatesse…. les pattes autour des yeux forment un éventail gracieux qui lui donnent un air doux et rassurant » p12. J’aime d’emblée la tournure que prend ce roman. Thalia est privilégiée de part le statut de son père. Elle a aussi une passion peu commune, et surtout mal vu par son entourage, pour l’Histoire. C’est cela qui la différencie des autres jeunes, ce regard vers le passé avec un intérêt tout particulier pour cette période où « les jeunes avaient le pouvoir », mais, pour le moment, Thalia rentre dans le moule de la société et ne semble pas vouloir en dévier.

Ce que j’ai pensé de la trame

Thalia est une jeune femme qui subit une grande pression de ses parents et cela lui pèse. Elle nous raconte sa première séance de vieillissement, le travail de son père, des recherches qu’elle fait à la bibliothèques. Tout est prétexte à nous immerger dans cette société, à nous familiariser avec elle à travers le quotidien de notre narratrice. La jeunesse dégoûte, on le voit notamment lors de rendez-vous organisés par le paternel avec un possible prétendant d’au moins 20 ans plus vieux que Thalia. A savoir que c’est un statut que chacun a hâte de quitter pour enfin s’accomplir. Lorsque Thalia découvre l’existence d’un monde dont plus personne ne parle, celui où la jeunesse était envié (à son plus grand étonnement), la curiosité l’emporte. Elle découvre un livre qu’elle lit en secret, celui de Laura Franck, la cinquantaine et prête à se faire opérer pour paraitre plus jeune. Le comble pour notre narratrice.

Là le récit prend une tournure vraiment intéressante. L’auteur intègre à son récit des passages du livre de Laura Franck en alternance avec le récit de Thalia. Peu à peu, nous la voyons changer, s’interroger, devenir rebelle. Dans un récit comme dans l’autre se pose c’est toujours la même question des apparences finalement et nos deux héroïnes vont faire face.

Les personnages

Nous avons une petite poignée de personnages affirmés, qui gravitent tous autour de notre héroïne que j’ai tout de suite apprécié. Dès le début, elle porte un regard pas forcément critique, mais franc sur son époque. On devine dès le début qu’elle sera tiraillée entre son avenir auquel elle semble adhérer et son intérêt pour l’Histoire. L’auteur la fait doucement progresser dans ce sens.

Et il y a Loïs, ce jeune homme en perdition, désapprouvé par son père, parce qu’il ne partage pas l’ambition de ses contemporains, un personnage qui compte autant que Laura Franck dans le récit.

Conclusion

Nous sommes dans une société futuriste qui tient la route, nous avons une héroïne qui commence à remettre en question le modèle dans lequel elle a grandi et dans lequel elle se projetait, mais attention pas de grand soulèvement contre le système à la Hunger Games. Non, ici l’histoire reste centrée sur le destin que se choisira Thalia. J’ai tout apprécié dans ce livre et j’ai trouvé particulièrement habile la manière dont l’auteure fait se rejoindre les deux époques mais cela vous le comprendrait à la lecture du roman.

Publicités

2 réflexions au sujet de « « La tyrannie des apparences », de Valérie Clo »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s