« Le cœur du problème », de Christian Oster

le-c-ur-du-probleme-633318-250-400Résumé

En rentrant chez lui, Simon découvre un homme mort au milieu du salon. Diane, sa femme, qui, selon toute vraisemblance, a poussé l’homme par-dessus la balustrade,  lui annonce qu’elle s’en va. Elle ne donnera plus de nouvelles. Simon, resté seul avec le corps, va devoir prendre les décisions qui s’imposent.
C’est lors de sa visite à la gendarmerie que Simon rencontre Henri, un gendarme à la retraite amateur de tennis. Une relation amicale se noue. Mais Simon est sur la réserve
; chaque mot, chaque geste risque d’être sévèrement interprété. S’engage alors entre les deux hommes une surprenante partie d’échecs.

Notation sur 5

Intrigue1 scarabee

Personnages 1 scarabee

Écriture 1 scarabee

Avis de lecture

Ah ! Mon premier roman de la rentrée littéraire et ma première désillusion… Je m’explique…

Mon impression au commencement

Le roman démarre fort. L’auteur ne perd pas son temps et cela semble annoncer le ton du roman.  Lorsque Simon rentre chez lui, qu’il trouve un homme mort dans son salon et sa compagne tranquillement dan son bain, comment réagir ? Moi personnellement je n’aurais pas eu la sienne. Lui, fait preuve d’un étrange sang-froid et la situation vire à l’absurde. Tout s’annonce bien pour le moment, la tournure est intéressante.

Ce que j’ai pensé de la trame

Faisant face au départ de sa femme, Simon doit aussi gérer la présence d’un cadavre dans son salon. Mais il ne semble pas pressé.

On entre dans les pensées de cet homme et Christian Oster opte pour une écriture minutieuse, pour des dialogues aux discours indirects qui s’intègre très bien au récits. J’ai aussi était sensible à son écriture hachurée de virgule qui participe selon moi au sentiment de confusion qui envahit le narrateur.

Là, je vous parle de l’écriture, mais la trame dans tout cela ? Et bien j’ai été déçue de la tournure qu’a pris le roman, laissant de côté les raisons du meurtre, pour se concentrer sur Simon, son amitié avec Henri, un policier. Bref, j’ai eu l’impression que le récit s’étirait. Ce n’est jamais bon signe…

Conclusion

Et oui, déjà… Si je n’ai pas pu finir ce roman, et cela me frustre un peu, et bien d’autres internautes ont l’air d’avoir accroché.

Le blog parfums de livres

Sur babelio

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s