« Re-vive l’Empereur », de Romain Puértolas

CVT_Re-vive-lEmpereur-_1584Résumé

La folle histoire d’une lutte sans mort de Napoléon Bonaparte, revenu aux affaires pour sauver le monde contre les djihadistes : l’imagination au pouvoir. De nos jours, un chalutier norvégien de Findus repêche, dans ses filets, Napoléon Bonaparte et son cheval Le Vizir, maintenus en parfait état de conservation grâce aux eaux glaciales de la mer du Nord. Le retour du premier Empereur de France coïncide avec la vague d’attentats djihadistes qui assaille le pays depuis quelques mois. Promu, par une secrète confrérie corse, à une retraite au soleil, Napoléon, boosté au Coca-Cola Light pour apaiser ses aigreurs d’estomac, et en escale à Paris, ne peut rester indifférent au sort de son peuple. Il décide alors de se lancer dans une guerre contre les fanatiques islamistes. Evincé par le gouvernement de Hollande, il devra se constituer une nouvelle Grande Armée qui s’avèrera être bien loin de celle qu’il imaginait.

Notation sur 5

Intrigue1 scarabee

Personnages 2 scarabees

Écriture1 scarabee

Avis de lecture

Est-ce l’anniversaire de la bataille de Waterloo qui a donné l’idée à Romain Puértolas de mettre en scène Napoléon dans son nouveau roman ? En tout cas, l’idée de base (qui se limitait pour moi au retour de Napoléon de nos jours) m’a plu et je découvre donc cet auteur, qui semble diviser les lecteurs, pour la première fois.

Mon impression au commencement

Napoléon est décongelé !!! et son cheval le Vizir aussi. Très vite pris en charge par un certain Mr Bartoli membre de la CGT (Confrérie des grognards tristes), voilà un petit jeu de mot qui reviendra à plusieurs reprises. L’humour du début est léger. Il est marrant de voir Napoléon découvrir notre époque, les avions, faire des comparaison avec son époque, le voir projeter ce qu’il aurait pu faire avec telle ou telle chose.

Lorsqu’il arrive à échapper à la vigilance de Bartoli, Napoléon retrouve son chapeau et se trouve un but. Il faut savoir que l’intrigue a lieu après les attentats de janvier, et lorsqu’il l’apprend pour faire simple, il se lance dans une croisade : débusquer et lutter contre les djihadistes. A partir de ce moment-là, voyant le ton du récit, la tournure que cela prenait, je me suis dit : possible roman casse-gueule…

Ce que j’ai pensé de la trame

Il y a eu des hauts et des bas, des moments où je me demandais si j’allais continuer ma lecture. Pourquoi ? Parce que le roman virait au ridicule, avec une accumulation de personnages certes hauts en couleur, mais sans vraiment d’intérêts, pour la plupart.  Napoléon se dégotte une armée de pacotille, qui m’a un peu fatiguée. L’auteur en joue dans le récit, Napoléon sait qu’il est loin de sa Grande armée espéré, mais franchement c’est trop ! Pour la renforcer, il va jusqu’à partir à la recherche de ses descendants, ceux-là sont un peu plus intéressants à la rigueur.

Donc je disais qu’il y  avait eu des hauts et des bas, mais plus j’avançais dans ma lecture, plus le livre prenait une tournure abracadabrantesque, loufoque qui ne me plaisait pas. L’idée de faire revenir Napoléon est intéressante, mais là on veut en venir l’auteur…. Comment Napoléon lutte et vient à bout de DAECH… c’est  tellement gros… il y a quelques éléments de réflexions au fil du livre auxquels on adhère ou pas, chacun y voit ce qu’il veut, mais le comique reprend vite le pas et cela crée des décalages dans le récit. Résultat : un roman très inégal.

Bon s »il y a une chose positive à souligner : j’ai tout de même apprécié la légère documentation autour de la vie de Napoléon, les batailles, etc.

Conclusion

L’auteur ne m’a pas convaincue ici, pourtant l’idée de départ semblait bonne, mais je n’ai pas adhéré à son humour, à la tournure qu’il a donné à son roman. Romain Puértolas s’est attaqué à un sujet certes délicat, mais cela ne m’aurait pas déplu, c’est la façon dont est traité le sujet qui est en cause ici.

Sortie : septembre 2015

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Re-vive l’Empereur », de Romain Puértolas »

  1. j’ai eu exactement la même réaction en lisant « …le fakir dans son armoire Ikéa… » je ne me rappelle même plus le titre exact: exaspération, ennui… et je ne comprends toujours pas pourquoi ce livre a fait un tabac.
    En tout cas ce n’est pas pour moi, ce n’est pas mon style d’humour…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s