« Condor » de Caryl Ferey

condorRésumé

Condor, C’est l’histoire d’une enquête qui commence dans les bas-fonds de Santiago, submergés par la pauvreté et la drogue, pour s’achever dans le désert minéral d’Atacama.
Condor, c’est une plongé dans l’histoire du Chili, de la dictature répressive des années 1970 au retour d’une démocratie plombée par l’héritage politique et économique de Pinochet…
Condor, c’est surtout une histoire d’amour entre Gabriela, jeune vidéaste mapuche qui porte l’héritage mystique de son peuple, et Esteban, avocat spécialisé dans les causes perdues, portant comme une croix d’être issu d’une grande famille à la fortune controversée.

Notation sur 5

Intrigue4 scarabees

Personnagescinq scarabees

Écriture4 scarabees

Avis de lecture

Je découvre seulement Caryl Férey et j’ai aimé le rythme de Condor, la façon dont il mène son intrigue pour la faire montée en puissance.

Tout commence par la mort d’un adolescent dans les bas-fonds de Santiago. Overdose ou meurtre ? Cette affaire va devenir quelque chose d’explosif entre les mains de Gabriela, une mapuche vidéaste qui ne lâche rien, au côté d’Esteban un avocat spécialisé dans les causes perdues.

Puis il y a le plan Condor : c’est une plongée dans l’histoire du Chili, la dictature, l’héritage de Pinochet et surtout le nom d’une opération qui remonte à la surface. Après la dictature de Pinochet, toute trace des crimes commis doit disparaitre et les auteurs être cachés. Cependant, ils occupent toujours les meilleurs places telles que direction des ports, des usines, trafic de drogues, exploitation des mines.

Ces deux points se trouvent liés par un concours de circonstances malencontreux disons, mais tellement bien amené par Caryl Férey. Le livre démarre alors vraiment. En effet, l’auteur prend son temps pour installer des éléments de l’intrigue et ses personnages avant de faire basculer son livre dans l’action jusqu’à son dénouement.

Condor, c’est aussi des destins individuels. Il y a Stefano, un personnage qui s’efface un moment pour revenir sur le devant de la scène de manière surprenante. On apprend notamment que c’est un ancien agent qui a échappé à la prison sous la dictature. Il y a Gabriela, mapuche rebelle, qui a décidé de vivre loin des siens, Esteban, un fils de riche qui rejette les privilèges de sa classe sociale, avocat des causes perdues, également écrivain « à ses heures perdues », ou encore Edward qui est hanté par par des fantômes du passé.

Caryl Férey signe un roman violent et sombre sur un Chili corrompu et capitaliste, très prenant.

Sortie : mars 2016

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Condor » de Caryl Ferey »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s