« La fin du monde « , de Fabrice Colin

fin du mondeRésumé

Lorsque la première bombe atomique explose au-dessus de San Francisco, Jim Thompson veut croire qu’un avenir existe encore. Hélas! Aux quatre coins du globe, une guerre nucléaire totale se propage. L’un après l’autre, tous les pays sont rayés de la carte : le pire des scénarios est devenu réalité. Chine, Égypte, France, États-Unis… Séparés par des milliers de kilomètres, quatre adolescents aux destins mystérieusement liés s’efforcent d’échapper à l’inéluctable et de rallier une base secrète du Groenland. Mais peut-on survivre à la fin du monde ?

logo coup de coeurAvis de lecture

Amateurs de fin du monde, ce livre est pour vous. Ici, elle n’a pas encore eu lieu, non, elle est  en train de se réaliser et c’est glaçant de réalisme.

Tout d’abord, Fabrice Colin nous fait vivre cela à travers des personnages vivant aux 4 coins du monde :  Jim, fils d’un membre du gouvernement américain, que son père averti du désastre à venir ; François, un jeune homme parisien dont la mère atteinte d’une maladie neurologique revient d’un séjour en Chine après une « opération de la dernière chance » ; Hafsa, une jeune cairote qui a tenté de se faire exploser il y a quelques années en Iran et aujourd’hui sous la protection d’un membre du gouvernement américain ; et Xian, un jeune chinois qui découvre que son père entretient un liaison avec une française. Fabrice Colin a tissé une toile autour d’eux, et pour chacun le but est de survivre.

Leur quotidien va être bouleversé. Ils vont être témoins de la fin du monde. La peur d’une guerre nucléaire est très présente. 5 bombes nucléaires ont ravagé une partie des États-Unis, la riposte ne tarde pas à venir. L’escalade de la violence, la panique, la fuite des habitants des grandes villes entraînant des bouchons, la terreur, la violence qui se répand…

Je précise que ce n’est pas un roman sur la guerre nucléaire. Les motifs de cette attaque contre les États-Unis n’est pas développé par exemple. L’auteur ne dote pas son récit d’une dimension politique, géopolitique. Il met en avant des destins confrontés à cette situation, et c’est ce qui lui importe le plus, comme il le dit en postface. Cela rend le roman encore plus fort, mais je suis frustrée de savoir qu’il y a une suite qui n’est pas disponible. J’ai envoyé un mail sur la page facebook de l’auteur afin de savoir si une sortie est prévue prochainement. Je ne mettrai à jour l’article si j’ai une réponse .

Fabrice Colin s’illustre dans beaucoup de genres : jeunesse, BD, thriller, littérature. Ici, il ne semble pas avoir voulu écrire sur ce sujet sans but. Qu’en est-il l'(in)utilisation de l’arme ultime, du traité de non-prolifération nucléaire ? La bombe nucléaire comme outil dissuasif, garantit-elle l’équilibre ? Il pose des questions dans la postface, apporte des réponses et donne surtout envie d’approfondir ce sujet important.

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « « La fin du monde « , de Fabrice Colin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s