« Watership down » de Richard Adams

watershipdownRésumé

C’est dans les fourrés de collines verdoyantes et idylliques que se terrent parfois les plus terrifiantes menaces. C’est là aussi que va se dérouler cette vibrante odyssée de courage, de loyauté et de survie.
Menés par le valeureux Hazel et le surprenant Fyveer, une poignée de braves choisit de fuir l’inéluctable destruction de leur foyer. Prémonitions, malices et légendes vont guider ces héros face aux mille ennemis qui les guettent, et leur permettront peut-être de franchir les épreuves qui les séparent de leur terre promise, Watership Down. Mais l’aventure s’arrêtera-t-elle vraiment là ?
Aimé et partagé par des millions de lecteurs à travers le monde, l’envoûtant roman de Richard Adams fait partie de ces récits mythiques et hors du temps, une épopée sombre et violente, néanmoins parcourue d’espoir et de poésie. Vous sentirez le sang versé. Vous tremblerez face aux dangers. Vous craindrez la mort. Et, par dessus tout, vous ressentirez l’irrépressible désir de savoir ce qui va se passer.

Notation sur 5

Intrigue3 scarabees

Personnages3 scarabees

Écriture3 scarabees

Avis de lecture

Watership down est réédité cette année par les éditions Monsieur Toussaint Louverture. Tout d’abord je remercie l’agence Anne et Arnaud pour cet envoi. Ce roman m’a tout de suite intriguée à cause de ces fameux lapins qui sont les personnages principaux. C’est aussi l’histoire même de ce roman édité en 1972 qui aiguise ma curiosité. Il semble avoir rencontré son public à travers le monde, avec 50 millions de livres vendus.

J’ai tout de suite adoré ce qui se dégage du livre (l’atmosphère, la douceur des descriptions…), le fait que l’auteur évoque très clairement les comportements des lapins. Ils se grattent l’oreille, ils ont le nez qui frétillent, ils bondissent, détalent au moindre soupçon de danger. Toute une organisation prend vie sous nos yeux, celle de la garenne, la place qu’occupent les lapins, etc. Les héros de ce roman sont de jeunes lapins vivant en marge de la « Hourda », un groupe de lapins plus âgé et plus intelligent/ou vigoureux. Si bien que lorsque Fyveer prédit un terrible malheur, peu sont enclin à l’écouter, pas même le maître de la garenne.

Pour Fyveer (lapin chétif) et son frère Hazel (le meneur du groupe), c’est le début d’une aventure qui va les emmener sur des territoires inconnus à a recherche d’une « terre promise ». Si certains passages m’ont paru longuets, c’est un livre dont je retiens plusieurs choses. D’abord, le fait d’être face à des lapins, donne plus de force aux idées que Richard Adams fait passer. Par exemple, il pose la question suivante : comment cohabiter ensemble ou avec d’autres sans nuire à l’environnement de chacun ? A travers cette histoire de lapin, c’est aussi le rapport de l’homme à la nature qui est traité.

Tout au long du livre, ils affrontent des épreuves, des dangers qu’ils surmontent, non sans marquer le groupe qu’ils forment. Je tiens aussi à évoquer l’imagination dont a fait preuve l’auteur pour inventer des mythes qui régissent la mémoire collective des lapins et que nous découvrons progressivement. Ces passages sont mes préférés.

Ce livre m’a plu, mais je regrette par moment d’avoir un peu décroché. Je pense que mon regard était déjà posé sur mes lecture à venir et j’avais hâte d’y arriver.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s