« Les contes défaits », d’Oscar Lalo

contes-defaitsRésumé

Peau d’âme, noire neige, le petit poussé… Il était zéro fois… c’est ainsi que commencent les contes défaits.
L’histoire est celle d’un enfant et de l’adulte qu’il ne pourra pas devenir.
Je suis sans fondations. Ils m’ont bâti sur du néant. Je suis un locataire du vide, insondable et sans nom, qui m’empêche de mettre le mien. La page reste blanche car tout ce qui s’y inscrit s’évapore.
Sans rien dire jamais de ce qui ne se montre pas, loin de la honte et de la négation, Oscar Lalo convoque avec ses propres mots, pourtant universels, la langue sublime du silence…
Et c’est en écrivant l’indicible avec ce premier roman qu’il est entré de façon magistrale en littérature.

Notation sur 5

Intrigue3 scarabees

Personnages4 scarabees

Écriture4 scarabees

Avis de lecture

Je remercie Babelio et les éditons Belfond pour l’envoi de ce premier roman d’Oscar Lalo. En cette rentrée littéraire, ce roman a été, pour moi, le plus troublant. Pourquoi ? L’écriture et la manière dont il aborde les maltraitances psychologiques faites aux enfants et la pédophilie.

La voix de l’homme laisse vite la place à celle de l’enfant qu’il était. Dans ce récit fragmenté en court chapitre, l’auteur donne la parole à l’enfant, réussit à exprimer avec des mots, des images d’enfant. Il raconte ce qui est vécu comme un arrachement, lorsque ses parents l’envoie avec son frère en vacances dans ce qui est appelé « Home ». Le trajet en train vers le Home, le déroulement de ce séjour. Autant dire qu’on est loin des colonie de vacances où les enfants reviennent avec de bons souvenirs. A travers la voix de l’enfant, tout est dit avec une sorte de pudeur, de réserve. On sent le choix précis de chaque mots qui donne plus de force à ce qui est exprimé : une douleur  qui ne quitte pas le narrateur. Le sujet est délicat, et Oscar Lalo le traite avec beaucoup de finesse, usant d’une écriture saisissante. Un autre axe important de ce roman est la place de l’adulte, la responsabilité de ou des adultes.

Tout le talent d’Oscar Lalo est là, il nous fait comprendre le poids qui pèse sur l’enfant , ce qui est défait en lui. Ce livre n’a pas été facile à lire, il questionne, il trouble. Avec ce premier roman, Oscar Lalo se distingue par sa plume. Auteur à suivre.

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Les contes défaits », d’Oscar Lalo »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s