« Brume de cendres », de Dominique Douay

brume-de-cendreRésumé

Au sein de la Protée coexistent des milliards et des milliards d’avatars de la Terre et le Livre est à la fois la mémoire de la Protée et le moyen, grâce aux marque-pages, de parcourir cette mémoire, et peut-être de passer réellement d’une Terre à l’autre.

Mais une menace existe : les Nuées, qui reviennent à intervalles réguliers détruire des pans entiers de la Protée et qui gagnent en puissance à chaque nouvel assaut.

Un espoir existe cependant : sur une Terre en voie d’anéantissement, un groupe d’humains parvient à résister grâce à d’étranges pouvoirs. Parmi eux, un garçon, Bajo, dont la particularité est de pouvoir se déplacer à l’intérieur de la Protée et qui, au hasard de ses voyages, devra incarner des personnages fort différents, de liquidateur de vieux à rock-star adulée des foules. En passant bien sûr par sauveur de mondes.

Dans la foulée de La Fenêtre de Diane, Dominique Douay confirme son retour en force au sein de l’imaginaire, avec un nouveau roman vertigineux.

Notation sur 5

Intrigue3 scarabees et demi

Personnages3 scarabees

Écriture3 scarabees

Avis de lecture

 Dominique Douay m’a fait forte impression avec « L’impasse-temps ». Je vous renvoie à l’article que j’ai rédigé. Le sujet classique des voyages dans le temps est traité de façon original, le traitement est déroutant, mais j’ai bien aimé.

Ici, Dominique Douay propulse le lecteur dans un univers dans lequel j’ai eu du mal à m’y retrouver au début : la Protée. La Protée se constitue des Terres possibles dans plusieurs espace-temps. Le Livre est la mémoire de la Protée et un moyen de parcourir cette mémoire. La Protée est menacée par les Nuées ou brume des cendres. Un menace qui demeure flou, qui n’a pas de forme, mais elle dévore les mondes qui composent la Protée.

Dominique Douay fait une nouvelle fois preuve d’une formidable imagination en nous dévoilant plusieurs mondes, parfois assez fous. Mais je n’en attendais pas moins de l’auteur qui bouscule le lecteur en nous amenant là où on ne s’y attend pas. Je regrette juste le manque d’explication qui crée de la confusion. Je regrette aussi que la dynamique enclenchée par l’auteur n’aboutisse pas, c’est du moins le sentiment que j’ai eu.

Je m’explique. Un groupe doté de pouvoir, nommé l’Heptadécagone, est introduit comme le seul espoir de contrecarrer l’avancée des Nuées. Dans ce groupe se trouve Bajo, un jeune homme qui a la particularité de pouvoir voyager à travers la Protée, mais lorsqu’il se déplace, tout le groupe également. Seulement, ils sont éparpillés à travers la Terre. C’est Bajo, sous plusieurs identités, que nous suivons, mais l’étiquette de sauveur du monde n’aboutit finalement à rien. Je suis restée sur ma faim. Et cette soudaine histoire d’amour, avec Mareva, prend plus de place que l’intrigue initiale, qui est la menace des Nuées. C’est dommage, d’autant que beaucoup de questions restent en suspens.

Il y a de très bonnes choses dans ce roman, mais la fin m’a tout de même frustrée. Ce n’en ai pas vraiment une d’ailleurs. Quoi qu »il en soit, je suis curieuse d’approfondir l’univers, si j’en ai l’occasion, avec « La fenêtre de Diane ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s