« Harry Potter et l’enfant maudit », de Jack Thorne, J. K. Rowling et John Tiffany

harry-potter-enfant-mauditRésumé

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Quand passé et présent s’entremêlent dangereusement, père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Notation sur 5

Intrigue 3 scarabeeset demi

Personnages 2 scarabees et demi

Écriture 4 scarabees

Avis de lecture

J’ai l’impression qu’un « match » vient de s’ouvrir entre Star Wars et Harry Potter. Deux univers totalement différents refont surface pour la plus grande joie de leurs fans. Et cela risque de durer au moins deux ans.

Harry Potter, je l’ai découvert petite. Être plongée dans cet univers magique a influencé mes lectures adolescentes et je suis une fervente adepte de la littérature fantastique. A l’époque, j’ai dévoré la série de Pullman, celle d’Erik L’Homme (Le livre des étoiles), ou encore les Chroniques de Narnia, de C.S. Lewis. Mon goût pour la SF s’est développé bien plus tard et j’ai découvert Star Wars, il y a moins de 10 ans. De ce « match », je ne manquerai rien.

Alors Harry Potter et l’enfant maudit, la pièce de théâtre que je tarde à chroniquer. Cela fait deux ou trois semaines que je l’ai lu. J’ai des sentiments contradictoires à son sujet, donc au final pas totalement conquise par le résultat.

La forme théâtrale est intéressante. La pièce se lit bien, même si je bute sur certaines phrases (problème de traduction je pense quand je lis par exemple « si je meurs je vais en enfer »). Je l’ai appréhendé comme une suite de Harry Potter, mais j’ai eu tort de la lire de cette façon. En tant que suite, j’ai été déçue de retrouver nos héros si peu crédibles ou effacés. Leur façon de s’exprimer en tant de crise n’est pas crédible au vu des fonctions qu’ils occupent, ni même avec la maturité qu’ils sont censés avoir acquis. Ils ont 37 ans quand même ! Un autre élément m’a surpris autour de Voldemort, mais je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler. Je ne l’attendais pas sur ce terrain-là.

Finalement c’est plus une aventure d’Albus et de Sorpius que nous lisons. J’ai bien aimé les voyages dans le temps, les différents retournements de situation et surtout le rôle de Scorpius dans la pièce. C’est, selon moi, le personnage le plus réussi. Sur la génération des parents, c’est Drago que j’ai trouvé le plus convaincant.

Bon il n’y a pas de grande surprise ou de suspens, mais est-ce bien grave ? Ce livre a pour but de nous replonger dans l’univers fantastique qui nous a bercé tant d’années et, sur ce seul critère, c’est réussi. On retrouve les couloirs de Poudlard, des sortilèges bien connus, etc. Il est tout de même dommage que les auteurs ne nous fournissent pas quelques éléments neufs ou un peu d’originalité. Il ne me reste plus qu’à aller voir le film pour poursuivre cette cure Harry Potter.

Lorsque j’ai fermé ce livre, mon impression première était bonne pour l’intrigue et très mitigée sur le trio Harry-Ron-Hermione. Il est difficile de donner de l’épaisseur à ces personnages que l’on connait si bien, je pense notamment à ce pauvre Ron. Je l’ai trouvé si transparent. Quant à Harry, il a souffert de son enfance chez les Durlsey. Il a porté un sacré poids sur ses épaules depuis qu’il est entré à Poudlard. Lui, le Sauveur, celui qui a vaincu Voldemort. Et il l’a « vaincu » une deuxième fois ! Mais comme il le rappelle volontiers, il ne l’a pas fait seul, il n’aurait pas pu le faire tout seul. Bref, tout cela pour dire que maintenant que le monde magique coule de jours heureux, qu’Harry est marié à Ginny, qu’ils ont 3 enfants, c’est un homme « normal » qui nous est présenté ici. Il a ses fêlures, et à presque 40 ans je me dis que le héros a perdu de sa « superbe », mais après tout pourquoi pas. Ce Harry-là, autocentré, m’a exaspérée tout au long de la pièce, mais après tout, en prenant de la distance je me dis que ça sonne assez juste.

Bref, cette pièce n’est pas vraiment une suite. J’ai tendance à considérer cette pièce comme l’une de ces fan-fictions autour d’Harry Potter.

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Harry Potter et l’enfant maudit », de Jack Thorne, J. K. Rowling et John Tiffany »

  1. les critiques sont assez mitigées avec cet opus.
    je n’ai pas encore lu cette saga, mais j’ai prévu de m’y mettre pour changer un peu car cette rentrée littéraire m’inspire peu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s