« Un peu tard dans la saison », de Jérôme Leroy

un-peu-tard-dans-la-saisonRésumé

C’est aux alentours de 2015 qu’un phénomène inexpliqué et encore tenu caché s’empare de la société et affole le pouvoir. On l’appelle, faute de mieux, l’Éclipse. Des milliers de personnes, du ministre à l’infirmière, de la mère de famille au grand patron, décident du jour au lendemain de tout abandonner, de lâcher prise, de laisser tomber, de disparaître. Guillaume Trimbert, la cinquantaine fatiguée, écrivain en bout de course, est-il lui aussi sans le savoir candidat à l’Éclipse alors que la France et l’Europe, entre terrorisme et révolte sociale, sombrent dans le chaos ? C’est ce que pense Agnès Delvaux, jeune capitaine des services secrets. Mais est-ce seulement pour cette raison qu’elle espionne ainsi Trimbert, jusqu’au coeur de son intimité, en désobéissant à ses propres chefs ? Dix-sept ans plus tard, dans un recoin du Gers où règne une nouvelle civilisation, la Douceur, Agnès observe sa fille Ada et revient sur son histoire avec Trimbert qui a changé sa vie au moment où changeait le monde.

Notation sur 5

Intrigue2 scarabees

Personnages3 scarabees

Écriture3 scarabees

Avis de lecture

J’ai été curieuse à la lecture du résumé de ce roman. L’anticipation s’immisce de plus en plus dans la littérature et cela me va bien. Ici nous somme en 2032, une nouvelle civilisation nommé « La douceur » règne. Agnès a connu l’ancienne époque, une époque où le terrorisme, la révolte sociale règne. Au milieu de ce contexte troublé, un phénomène étrange apparait : l’Eclipse. Des gens se mettent à disparaitre, cela peut toucher tout le monde.

Agnès était capitaine des services secrets, lorsqu’elle s’est mise à espionner Guillaume Trimbert, un écrivain candidat à l’Eclipse. On perçoit vite qu’elle outrepasse ses fonctions, que cette surveillance cache quelque chose de plus personnel… mais quoi ?

Le livre est structuré de telle sorte qu’on change de voix, passant d’Agnès à Trimbert. Les tourments, les faux espoirs, le poids qui pèse sur leurs épaules nous apparait. A travers ce roman, nous voyons clairement une société en proie à la tourmente suite aux attentats. Notre société, celle de la consommation, est sur le point de s’effondrer. Si j’ai bien compris et trouve intéressant ce que l’auteur exprime dans son roman, je n’ai pas adhéré au récit. L’auteur a réussi à insuffler une atmosphère particulière à son roman, en adéquation avec le contenu, mais le flou entretenu autour de l’éclipse, de ce que cache la surveillance de Grimbert, etc, a fait que j’ai refermé le livre au bout de 120 pages. Je l’ai rouvert 4-5 jours plus tard, pour le finir mais il ne m’a pas vraiment convaincu.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s