« Une putain d’histoire », de Bernard Minier

« Au commencement était la peur… »
Hors des flots déchaînés, une main tendue vers le ciel. Un pont de bateau qui tangue, la pluie qui s’abat, et la nuit… Le début d’une « putain d’histoire ».
Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on.
Quand la peur gagne, la vérité s’y perd…

Notation sur 5

Intrigue

Personnages

Écriture

Avis de lecture

Ce n’est pas la série télé Glacé qui m’a donné en vie de me plonger dans un livre de Bernard Minier, juste le hasard, les très bons échos que j’ai eu de ce livre. Et oui, Bernard Minier est un des auteurs qui se démarque dans les rayons policier, c’est bien mérité, car Une putain d’histoire porte très bien son nom.

L’histoire se déroule sur une petite île où tout le monde se connait, au nord-ouest des États-Unis. Le lieu est très important car le climat pluvieux, le brouillard, la puissance de la mer, tout cela contribue à installer une atmosphère particulière à certaines scènes. Bernard Minier réalise des descriptions  efficaces, qui nous emmènent sur cette île tantôt paradisiaque, tantôt inquiétante.

Ce roman comporte plusieurs intrigues. Il y a notamment celle qui tourne autour d’Henri, notre héros. Il nous raconte son histoire, nous livrant des détails de son enfance, son histoire d’amour. La mort de sa petite-amie va transformer sa vie jusqu’ici paisible en enfer. Présumé coupable, il décide de mener l’enquête avec sa bande de copain.

Pour nous raconter l’enquête autour du meurtre et une intrigue parallèle autour d’un politicien, un narrateur omniscient s’en charge. Une sorte de  mise en garde est adressé à tous ses lecteurs, concernant les dangers, les dérives d’Internet, le flicage auquel nous nous exposons en nous connectant. L’auteur semble s’être documenté sur ce sujet et cela s’intègre bien dans le roman . Cela soulève quelques questions auxquelles le lecteur réfléchira s’il le souhaite.

Pour revenir à l’histoire, elle est complexe et maîtrisée jusqu’au bout. Bien entendu les intrigues finissent par se rejoindre, et cela donne quelque chose d’inattendu. Je dirais seulement que Bernard Minier aime entretenir le doute, amorcer des questions ou des fausses pistes.  Quel est le secret des mères d’Henri ? Quelles sont les intentions de cet homme politique qui semble capable de tout ? J’ai trouvé le tout très efficace.

Voici donc un très bon thriller à emporter dans votre valise cet été !!!

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Une putain d’histoire », de Bernard Minier »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s